• Aller/Retour - Raid Le Puy / Firminy - Samedi 21 Novembre 2015

    A l’origine et ce depuis 1968, ce n’est pas une course mais une randonnée pédestre nocturne qu’organise le C.L.C.S. de Firminy (Centre Laïque, Culturel et Sportif). Malgré tout, de plus en plus de coureurs se pressent chaque année sur ce raid plutôt atypique.

    Ici, on est très loin des strass et paillettes, l’organisation et le déroulement du raid sont simples, sans chichi et le nombre de coureurs/randonneurs ne dépasse pas les 400 têtes. Il n’y a pas de dossard mais une carte à faire tamponner à chaque point de contrôle comme le « credencial » sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Le tracé est quasiment en intégralité sur route, ça surprendra plus d’un « trailer » !

                  

    Cette année, je m’étais inscrit sur La 180 (l’Aller/Retour sur la Saintélyon) mais ne voyant pas venir de confirmation, j’accepte la proposition des copains pour faire l’Aller/Retour du Raid Le Puy/Firminy. De toute façon, peu importe ce que j’avais de prévu, l’occasion de faire des sorties avec les amis ne se rate pas, c’était donc déjà tout vu. Pour l’histoire, le lendemain, je reçois un mail de confirmation pour La 180... C’est une folle fin d’année qui arrive, avec un peu plus de 280km à réaliser en deux sorties, de quoi avoir le péchon pour la saison 2016.

    Sur le forum Raidlight, un copain lance la proposition de faire le Raid. Très vite les idées fusent, ça part dans tous les sens, le projet Aller/Retour est lancé ! On s’organise, le groupe est constitué et le rendez-vous est calé.

    On covoiture avec Franck et Bruno pour venir jusqu’au lieu d’arrivée, qui sera notre départ. L’accueil de l’organisation à Firminy est inattendu et très chaleureux. Ils nous ont préparé le café, le thé, les biscuits... et les sourires, ce raid sent très bon la convivialité, j’adore !

    Sac chargé sur le dos, nous prenons la pose pour la photo de départ (que je n’ai pas frown), nous sommes sept pour l’aventure. Bruno, Franck, Raymond, Dominique et nos compères du forum Kikourou : Christian, alias Bubulle, Jean-Michel et moi.

    Il est 9h49, nous partons. Devant, les « Kikou » prennent le large car ils ont une assistance et des heures de passage à respecter. Nous, on trimbale notre paquetage (Aller/Retour) sur le dos... bon ok, sauf moi. J’ai laissé mes habits pour le retour à l’orga, c’était si gentiment proposé que je n’ai pas pu résister. De plus, ma poche à eau ayant explosé au départ, je ne serai pas lourd mais faire 133km avec un bidon de 500ml c’est light !

    Nous quittons rapidement Firminy pour prendre de la hauteur sur l’un des rares chemins de la course. Le ciel est avec nous, c’est du gros plus car les prévisions n’étaient pas au top quelques jours auparavant.

                 

    Nous papotons, nous déconnons, tout ce qui fait l’ambiance des off uniques !

    Nous suivons tout de même, scrupuleusement la trace GPS de l’ami Dominique. Il faut avoir à l’esprit que nous faisons le chemin inverse de la course, donc les panneaux, souvent fixés sur les arbres, ne sont pas facilement visibles dans ce sens du tracé.

    Faire l’Aller/Retour a plusieurs avantages, comme celui de reconnaitre le tracé avant le départ ou de pouvoir profiter du paysage de jour, surtout quand on ne connait pas les lieux. Là, c’est vraiment très sympa, je ne regrette pas de mettre levé (très) tôt ce matin, enfin... cette nuit !

                 

                 

    Le temps commence à se charger au loin et ça nous arrive droit dessus. Les nuages ne sont pas rassurant, on va y avoir droit, ça c’est sûr ! Sur les crêtes on a droit à un vent froid, ce qui nous « oblige » un peu à courir. Quelques temps plus tard, le blizzard fait son apparition, les éléments se déchainent. Nous trouvons refuge dans un abri bus le temps pour nous, de nous équiper et de nous ravitailler. Très vite, l’herbe verte des près est recouverte de neige fraiche, le blanc hivernal recouvre tout.

                  

    Il est midi passé, la pause casse croûte arrive en même temps que nous rejoignons le village de Monistrol. Nous allons au plus court, faute de ne pas avoir vu le tracé. Au détour d’une boulangerie, le pique-nique s'ingurgite dans la rue.

                  

    Bubulle et Jean-Mi qui suivent le tracé à la lettre nous rejoignent mais ne s’arrêtent pas, leur arrêt est prévu un peu plus loin. Nous reprenons la route le ventre plein et les sacs allégés. Des longues lignes droites se succèdent avant de franchir la Loire sur le magnifique pont suspendu de Confolent. En arrière plan, le viaduc de Pont de Lignon, c’est grandiose.

           

    Les virages virevoltent à droite, à gauche, ça monte, ça descend, la route est longue et les nuages derrière nous, nous rattrapent. La vitesse de la marche, est pour ma part, élevée. J’ai l’impression de fournir un effort pour pouvoir suivre mes acolytes, ils ont la santé les bougres ! Les muscles des releveurs commencent à se faire sentir.

                 

    Nous passons la commune de Beaux où j’en profite pour aller remplir mon bidon dans la salle municipale, lieu du ravito « soupe chaude aux vermicelles » sur le retour. Le temps hivernal fait son grand retour, nous sommes sur des parties de faux plat montant avant Malataverne. Le trafic des voitures s’intensifie et nous oblige à rester en file indienne, l’ambiance n’est plus à la déconne.

    Bientôt, nous arrivons à Rosières où nous nous équiperons de nos frontale pour la nuit qui tombe à une allure folle.

                  

    Nous sommes maintenant tous réunis et restons ensemble sur la route qui mène au Puy. Le long de la nationale 88, le flux des voitures est assourdissant mais le réconfort de l’arrivée se rapprochant nous soulage et nous aide à trottiner.

    Nous arrivons au Puy, au stade Lafayette, après 10h17 de route. Il neige plein temps depuis un bon moment et je dois avouer que mes releveurs sont flingués et l’esprit un poil entamé. Ce soir, nous avions prévu de prendre une douche et de partir manger au restaurant. Il n'en sera rien !

                  

    A l’abri, nous profitons du calme pour nous refaire une santé. Il reste environs 3h30 avant le grand départ du Raid. J’essaie de dormir, car comme dit le dicton « qui dort, dîne »... Le carrelage de la salle est glacé, j’ai beau mettre des couches de vêtements pour m’isoler mais le froid traverse, je préfère me poser sur une chaise.

                  

    Très généreusement l’ami Raymond propose de partager sa collation. En fait, ce n’était pas un sac de course à pied qu’il avait sur le dos mais plutôt un sac « pour faire » les courses tout simplement, la caverne d’Ali-Baba ! De plus, dans le local de la Cop Rugby où nous nous trouvons, le staf nous propose quelques chips à grignoter.

    Le monde commence à arriver et la salle se réchauffe petit à petit, ce qui n’est pas pour me déplaire. Parmi la première vague de coureurs, une poignée du club de St-Alban arrive. Depuis notre sortie sur le trail des reculées en avril, je ne les avais plus revus. Les retrouvailles sont chaleureuses et je dois avouer que l’ambiance de ce petit club me manque !

                 

    Avant de repartir, je fais quelques stages aux toilettes. Bien évidement pour y faire ce que j’ai à y faire, mais surtout pour me réchauffer. Le chauffage est à fond et il y règne une température d’au moins 40° heJe n’ai aucune honte à emmagasiner de la chaleur, je prends tout, car pour le retour, ça va cailler sévère !

    Le moment de sortir est enfin arrivé. Il ne neige plus, le ciel est dégagé, c’est de bonne augure pour les 66km restants.

                  

    Chacun se place. Raymond en grande forme, a les mollet qui frétillent et part aux avant postes, je ne le reverrai plus. Le groupe de CASA est en vue, je reste avec Bruno et Franck. Les gars de chez kikourou et l’ami Domi sont introuvables.

    Une minute de silence sera respectée pour les victimes des attentats de Paris.

    Le coup de feu retentit dans la nuit noire, il est minuit. Les coureurs et randonneurs partent ensemble. Il n’y a pas de sas différents pour les coureurs, randonneurs ou même « élites ». La simplicité de cette course est extrêmement appréciable, on en revient aux fondamentaux, c’est roots et c’est ce qui fait la magie de cette course !

    Très vite, je me retrouve seul avec Franck. Bruno trottine déjà dans les montées, il s’éloigne petit à petit. Nous, nous préférons jouer la carte de la sécurité et rejoindre à notre rythme l’arrivée.

    Mes problèmes aux releveurs ce sont estompés et mes jambes ont l’air fraiches. Je relance sur les parties plates mais en ayant à l’esprit que l’objectif est de finir tranquillement sans me blesser, car dans 15 jours je prendrai le départ de La 180. La course, je la laisse aux autres.

    Ma chaleur corporelle monte d’un seul coup, je transpire même ! Ça fait un bien fou mais je dois lever le pied car je sais que la route est longue pour rejoindre Firminy. Je gère donc ces coups de chaleur et je veille à ce que tout se déroule au mieux pour le retour.

    A côté, une fusée me dépasse, c’est Jean-Mi en short et t-shirt, scène surréaliste ! Un peu plus tard c’est au tour de Bubulle de nous passer.

    Malrevers, le premier ravito arrive à point nommé, je commençais à avoir faim ! Je comprends désormais l’engouement de certains gourmands de l’équipe au vu de la qualité du ravito. Des cartons entiers remplis de pains au chocolat, c’est dingue, je n’ai jamais vu ça ! C’est l’heure du p’tit dej, ça revigore !

    Franck n’est pas au mieux de sa forme. Je l’encourage comme je peux et je sais qu’il va se refaire une santé, le gaillard a de la bouteille et une sacrée expérience sur les longues distances. Le temps défile lentement et les kilomètres n’avancent pas bien vite, ça devient usant. Sur le point culminant de la course, nous nous prenons une forte bise accompagnée de neige. La course prend une autre tournure, cela devient très délicat. Les panneaux ne sont plus visibles, on se fie donc aux empreintes laissées sur la neige fraiche qui recouvre la route. De temps à autre, une des équipes de sécurité de la course nous dépasse en voiture et l’on peut apercevoir nos veilleurs de nuit s’éloigner au fin fond de cette route interminable.

    Les descentes sont extrêmement longues, mes chaussures claquent sur le bitume qui est de nouveau noir. Je commence à perdre en souplesse et mes pieds commencent à me causer !

    A Beaux, Franck et moi prenons le temps de bien nous restaurer avec la soupe chaude. Ça va droit dans le ventre, j’ai froid et je ressens parfaitement le chemin parcouru du breuvage. Dominique fait son apparition dans la salle ainsi que Bruno, que nous croyons devant. Malheureusement, après s’être paumé dans les bois, Bruno nous raconte sa chute et nous annonce qu’il abandonne ! Coup dur, car on aurait souhaité finir ensemble.

    Nous repartons donc à trois dans cette froideur intense. Tout mon corps est crispé mais les encouragements de Franck à trottiner portent ses fruits, je m’exécute et mon corps se réchauffe. Dominique part devant, je ne parviens pas à suivre le mini rythme. Je commence à être mal en point, mes pieds me font souffrir. Je suis parti avec une paire de chaussures trail et le bitume n’est pas leur point fort, c’est une évidence.

    Maintenant, je commence une toute autre course, totalement nouvelle pour moi, ou le mental prend le relais sur le physique. Cela fait longtemps que j’entends parler de cette phase, cette transition, ce soir je suis en plein dedans. Au niveau musculaire, je n’ai aucun souci tout est nickel mais la douleur aux pieds prend de l’importance et je bloque sur cette sensation désagréable. Je m’en échappe avec l’envoi de textos à ma Sarah, ma famille. Ils y répondent à mon plus grand bonheur.

    Inconsciemment, durant « l’Aller » je me suis créé des objectifs à atteindre, comme la gare de Beauzac, le pont de Confolent et la maison de la personne qui m’a ravitaillé en eau, les rues de Monistrol et sa looooooongue route, le passage aux Gorges de la Semène ou encore le pylône entre Lafayette et Montessus signe que la fin sera proche ! Mais pour les atteindre, il faut avancer...

    Le froid atteint son paroxysme entre 4h et 5h du matin, l’idée de voir le jour se lever me galvanise, j’arrive par intermittence à trottiner. Je ne suis pas dans mon meilleur état, je le prends comme ça vient mais cela ne fait aucun doute, je rejoindrai Firminy. Devant moi, c’est con à dire mais voir des personnes encore plus mal en point que moi me réconforte.

    Le jour pointe son nez, on découvre les alentours enneigés en fonction de leur altitude, je laisse mon esprit vagabonder.

                 

    Au ravito de Monistrol je range la frontale, je prends des forces pour continuer la route car il est bien question de route surtout pour ce passage, pour moi ça a été le plus long et le plus éprouvant de cet Aller/Retour.

                  

    Devant, Franck donne la cadence à suivre, tantôt je le rattrape, tantôt il me met 100m dans la vue en un rien de temps, sport cruel ! Nous rattrapons un groupe de randonneurs et le dialogue s’installe, ça fait du bien au moral de sortir de sa bulle. Je zapperai le vin chaud au ravito de La Chapelle d’Aurec par contre je me vengerai sur les crêpes sur celui de Lafayette ! Auparavant, le changement de rythme au passage des Gorges de la Semène me requinque. Une jolie descente dans les rochers et une montée sèche voilà ce que j’aime sur les trails. Mais, j’ai pris le départ en connaissance de cause, donc j’assume pleinement cette erreur de chaussures.

    La montée après Lafayette est dure mais mon ultime objectif est en vue. Putain de pylône !!
    Maintenant, Firminy n’est pas loin, il ne nous reste qu’à glisser jusqu’à l’arrivée. Facile à dire mais très compliqué quand on a plus de pieds. A plusieurs reprises, je m’arrêterai pour permettre à mes panards de récupérer quelques secondes, je n’ose imaginer le carnage dans les sabots ! Nous sortons définitivement du dernier chemin pour retrouver la sagesse et la planéité de la route citadine avant de rentrer dans l’enceinte du C.L.C.S. La borne du Raid nous accueille Franck et moi avant de passer sous l’arche. Nous posons fièrement le temps de deux photos, l’une pour l’Aller et l’autre pour le Retour avant de retrouver la chaleur et la convivialité du centre. A l’entrée, le dernier pointage est effectué, il est 11h46, nous en avons définitivement terminé avec cet Aller/Retour du Raid Le Puy/Firminy.

              Aller/Retour - Raid Le Puy / Firminy - Samedi 21 Novembre 2015    

    Nous partageons encore un bon moment avec le repas d’arrivée mais l’énergie pour refaire la course n’y est plus. Le froid et l’envie de retrouver la douceur du foyer nous gagne et malgré la convivialité qui règne ici, nous repartons dans nos contrées Jurassienne avant la remise des prix.

    Pendant que je me change, j’examine les dégâts que je pensais plus sérieux mais les pieds sont sains et sauf, ils sont juste terriblement talés.

                  

     

    Un grand merci et un grand bravo à toute cette équipe du C.L.C.S. de Firminy qui sait faire d’un événement comme celui-ci une grande fête avec des moyens qui restent à taille humaine. Chaque personne est vraiment considérée comme telle, ça fait un bien fou d’être entendu et soutenu par ces bénévoles ! Longue continuation à vous !

    Merci à mes compagnons de routes et chemins, pour leur bonne humeur, leur présence, leur joie, c’est toujours des grands moments nos sorties « entre potes » !

    Je n'oublie pas ceux et celles qui derrière leur petit écran de téléphone, m'envoient toujours avec autant de bienveillance leur énergie à n'importe quelle heure de la journée ou de la nuit.

    CLASSEMENT

    PHOTOS


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    raymond
    Jeudi 3 Décembre 2015 à 11:06

    tip top le CR. Comme toujours.

    Allez un petit effort ce week end pour passer d'illustre inconnu à la postéritéyes

    euh tu ne nous a pas dit ton programme 2016 car avec cette endurance tu vas pouvoir t'aligner sur de belles distances

    2
    Franck
    Vendredi 4 Décembre 2015 à 18:36

    Superbe CR l'ami yes

    Je vais essayer de mettre la vidéo en ligne ce weekend !

    On a vraiment passé un bon weekend !!! Et sûr que ce ne sera pas le dernier smile

    3
    Mardi 8 Décembre 2015 à 20:46

    Superbe CR, bravo à toi pour cette belle course :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :